Retour à l'accueil

Je m’appelle Émilie Chazelas et je suis passionnée de plein air!

Publié le

Emilie Chazelas

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation sur l’intégration des immigrants dans la région de Coaticook, en collaboration avec la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) de Coaticook, différentes personnes, ayant choisi la région comme milieu de vie, ont développé des liens d’amitié avec les locaux.  Découvrez l’histoire d’Émilie Chazelas.

Depuis son arrivée au Québec, elle s’est initiée au vélo de montagne, à l’acériculture, à l’égoussage de l’ail, en plus d’avoir concocté des buches de Noël à la crème glacée… Curieuse de nature, Émilie Chazelas s’investit à fond dans toutes ses entreprises, aussi insolites et diversifiées soient-elles!

Ce goût inné de la découverte 

Originaire de Limoges en France, Émilie quitte le bercail à 17 ans, devant sa famille ébahie. Elle seule a ce désir ardent et irrépressible de partir explorer le monde. « J’ai dû avoir un ancêtre qui aimait voyager! » hasarde-t-elle en rigolant.

Et c’est le début de son périple : trois ans à Lyon, un an en Angleterre, deux autres à Montpellier, puis direction Paris, d’où elle sort avec une maitrise en histoire de l’art, avec une spécialité en patrimoine bâti.

Pendant ses études, elle travaille la fin de semaine dans un resto, où elle rencontre des Québécoises qui lui parlent du Canada. Elle envisage alors de partir pour Ottawa, dont le caractère bilingue lui plait. Un beau matin, elle se rend donc à l’ambassade canadienne se renseigner sur les visas. Quelle n’est pas sa surprise quand une heure plus tard, on lui remet un visa sans qu’elle l’ait demandé!

L’attrait des grands espaces

Trois mois après son arrivée au Québec, elle obtient un emploi dans la MRC de Pontiac, région rurale de l’ouest de l’Outaouais, comme agente de développement culturel. De fil en aiguille, elle participe de multiples façons à l’essor de cette région, pour enfin être nommée directrice du développement économique à la MRC. Elle laissera sa marque dans la région en organisant notamment (tiens, tiens!) des spectacles dans un auditorium scolaire et une exposition permanente d’œuvres d’art.

Toujours attirée par les grands espaces, elle songe à partir pour le Nunavik, puis se laisse plutôt séduire par les possibilités et les paysages de la Vallée de la Coaticook. Après une brève expérience à la Laiterie, elle accède à la direction du Pavillon des arts et de la culture. Pour elle, le Pavillon n’est pas qu’un simple diffuseur, mais un lieu où se rassembler, vivre des moments de découverte et d’échange : « C’est une belle porte d’entrée dans la communauté, le contact avec l’art permet d’amorcer le dialogue, de faire tomber la peur de la différence. »

Des spectacles grandeur nature

Le milieu culturel est passionnant, mais exigeant. Aux dires d’Émilie, « ce n’est pas facile, surtout en ce moment, mais c’est si motivant de savoir qu’on peut faire du bien aux gens! »

Mais il y a aussi la nature qui apaise. Pour cette passionnée de plein air, rien de tel que de se retirer dans la forêt ou la montagne pour se libérer du stress et retrouver l’équilibre. Avant la pandémie, elle a rencontré une foule de personnes qui partagent cette passion.

Si elles lui ont fait découvrir de nouveaux coins, elle leur a amené son regard curieux et frais sur la région : « On s’alimente les uns les autres, c’est un bel échange! » D’autant plus que lors de telles activités, les différences importent peu; seul compte le plaisir de profiter de l’extérieur, ensemble. « Je ne serai jamais complètement Québécoise, mais je ne suis plus tout à fait Française non plus : je suis coincée au milieu de l’océan! »

Ce désir d’aller vers les autres a pris une forme bien particulière au printemps, pour conjurer le confinement. En juin, le Pavillon a organisé les Concerts sous les balcons, où des artistes locaux se sont produits sur des remorques, devant des résidences pour personnes âgées. Après quatre représentations à Coaticook, une tournée s’est ensuivie à Martinville, Compton et Waterville.

Les idées novatrices foisonnent chez cette femme énergique, qui promet bien des nouveautés au Pavillon dès que ses portes rouvriront!

Voir la vidéo: https://www.facebook.com/regiondecoaticook/videos/722255958659314